Springe zum Inhalt (Alt+0)
Springe zur Hauptnavigation (Alt+1)
Springe zur Subnavigation (Alt+2)

Sprache:


Le divorce blesse

Barbara Schweder

Le divorce blesse

Alfred Kriegler est un avocat de divorce. C'est une star dans cette discipline, célèbre non seulement pour la "précision de ses coups" et des arguments pointus devant le tribunal, mais aussi pour son humanité. Le titre de la revue Aktuell Anwalt, juste à côté duquel Alfred sourire à la caméra tout en créant de la confiance dans ce qu'il fait, est « Je cherche de solutions optimales pour toutes les parties ». Notre amitié donne témoigne de ses qualités de médiateur et sa croyance fanatique en équité.

Je l'apprécie encore en tant qu'être humain et expert et cela malgré qu’il a représenté mon ex-mari pendant la procédure de divorce. Nous nous rencontrons dans son bureau. J'ai demandé une entrevue et j'ai pris son livre "Conseils pour les hommes en cas de divorce" sous le bras. Alfred m'accueille avec son manteau de sport avec un col de velours. Il est un gentleman de la tête aux pieds. Il rit quand je lui pose ma première question: «est-ce qu’il y a de différences entre les sexes dans les situations typiques de divorce? Sans aucun doute» En traversant Vienne et en recherchant un remplaçant pour un collègue qui est malade, il parle des différences importantes entre l'homme et la femme relevées ces dernières années au cours de la pratique du droit de la famille.

En tant qu’avocat de divorce, je rencontre des gens dans des circonstances très exceptionnelles. En ce sens, il n'ya pas de différence entre les sexes. Cependant, il est intéressant de voir comment le comportement varie considérablement dans ces situations très émotives. L’avis d’Alfred est que les femmes sont plus ciblées sur les objectifs. Une fois qu’elles ont décidé d'obtenir le divorce, elles ont tendance à être en mesure de mettre de côté leurs émotions et à atteindre leurs objectifs. Lorsque les sentiments jouent un rôle, ils sont subtilement nuancés. Les femmes ont tendance à savoir exactement où se trouvent les faiblesses de leurs maris et comment planifier avec soin le «coup mortel» final.

Les hommes sont beaucoup plus maladroits et bruyants. Ils hurlent sur le téléphone «je vais lui montrer qui est le patron». Alfred sépare le  téléphone cellulaire de son oreille comme pour montrer le volume de l'homme à l'autre bout et on entend presque le bruit sur le téléphone. Quand il s'agit de détails, c'est-à-dire, face aux questions d’avoirs et de revenu, les femmes sont plus habiles. Dans la plupart des cas, elles sont beaucoup mieux préparées, vont aux réunions bien équipées, et se rapprochent stratégiquement de leurs buts sans pitié. Bien que les hommes soient aussi excités, offensés, avides de vengeance, ou même quand ils montrent de la générosité ou de la supériorité, ils semblent être beaucoup plus éloignés de l'exécution rationnelle.

Ce n'est qu'à première vue, qu’il y a une contradiction avec l'émotivité supposée plus élevée de femmes. L'image devient plus claire si l'on suppose qu’il n’y pas de différence entre les émotions des femmes et des hommes, mais plutôt sur la façon où ils traitent ces émotions. Les centres émotionnels des femmes sont mieux alignés avec les centres de la parole dans le cerveau, par conséquent, elles sont mieux placées pour concevoir et évaluer leurs émotions. Elles les canalisent et les utilisent mieux comme instruments. Ainsi, les femmes organisent plus facilement des émotions extrêmes d’une façon rationnelle et les utilisent comme une «arme» dans leur propre bénéfice.

Sur le point de départ, je donne à Alfred son livre "Conseils pour les hommes en cas de divorce" afin d’obtenir une dédicace personnelle. Je lui demande s'il a écrit le livre parce qu'il voit des hommes tellement sur la défensive qu’il sente qu’il a besoin de les soutenir avec des conseils. En signant son livre il dit, comme si nous ne l'avions pas soupçonné: "Non, cela était la commande de l'éditeur car on avait déjà écrit au sujet des conseils aux femmes."

 

Le divorce blesse

Le divorce blesse

Hoher Markt 1 1010 Wien
Tel: +43 (0)1 533 42 65 Fax: +43 (0)1 533 42 65-4